Les citations sur Dieu

Ce dictionnaire contient 103 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot Dieu. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur Dieu issus des quatre coins du monde :

On fait la cour à Dieu à genoux ; mais oisif et étendu sur un canapé, on la fait au diable.
Emile Mathieu ; Études cliniques sur les maladies des femmes (1848)
La mesure est la plus belle définition de Dieu.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Jamais humain n'a nié ni aboli Dieu que pour se mettre à sa place. S'il n'y avait qu'un athée, cela pourrait s'admettre, mais ils pullulent comme la vermine. Un athée, c'est amusant ; deux, c'est la guerre civile ; trois c'est le chaos, la fin de la société.
Alexandre Weill ; Les glanes d'esprit (1874)
On ne monte pas vers Dieu degré par degré et avec ses pieds, mais d'un seul coup d'aile. Quiconque n'a pas l'âme ailée ne voit jamais Dieu !
Alexandre Weill ; Le petit trésor d'esprit (1874)
L'athée dit qu'il ne voit pas Dieu. Voit-il son âme ? Non. Pourtant il en a une. Ainsi de Dieu !
Alexandre Weill ; Le petit trésor d'esprit (1874)
Là est la grandeur de la femme chrétienne : elle exige d'un homme qu'il sache souffrir, mourir, s'il le faut, pour l'honneur, la gloire, la justice, la liberté, absolument comme son Dieu est mort pour les hommes ! Une femme ordinaire, sans être pour cela une âme dégradée, féliciterait son mari d'avoir pris la fuite dans une bataille, pour venir l'embrasser et apporter la becquée à ses petits.
Alexandre Weill ; Emeraude (1859)
Il n'y a point d'athées, il n'existe que des fanfarons qui n'osent pas avouer l'admiration et la crainte que Dieu leur inspire.
Adolphe de Chesnel ; La sagesse populaire (1856)
Il y a des philosophes qui se jouent de Dieu, et d'autres qui en jouent : ce sont ces derniers qui lui font le plus de tort.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Les catholiques obéissent à l'autorité de Dieu et à celle de l'Église. Les protestants ne relèvent que de leurs propres convictions, qui varient autant que les individus et qui changent souvent plusieurs fois dans la vie pour chacun : de là leurs incertitudes et la fragilité de l'édifice sur lequel repose leur foi, éternellement discutée. Heureux ceux dont la première croyance, dont la conviction suprême est cette absolue soumission du cœur et de l'esprit qui remet tout à Dieu !
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
L'homme sans Dieu est misérable ? Possible, mais l'homme avec Dieu est un misérable.
Louis Scutenaire ; Mes inscriptions (1943-1944)
Louer Dieu, l'adorer, le remercier de ses bienfaits, implorer son secours pour nous et pour les autres, lui offrir nos personnes, nos biens, nos actions, nos souffrances, ce sont différentes formes de la prière.
Benjamin Delessert ; Le guide du bonheur (1839)
La prière nous met en rapport avec notre Père céleste ; elle élève notre âme, nos pensées ; elle nous rend meilleurs ; elle nous fait éprouver ce sentiment de la grâce de Dieu, par lequel nous sentons que nous sommes ses enfants.
Benjamin Delessert ; Le guide du bonheur (1839)
Si Dieu n'existe pas, je plains ceux qui, pour conquérir là-haut un paradis hypothétique, ont transformé ici-bas leur vie en un enfer de contraintes et de renoncements.
Philippe Bouvard ; Mille et une pensées (2005)
Si Dieu existe, il doit être conscient de son problème d'image. Qu'Il décide enfin de m'illuminer et je Lui promets plusieurs pages dans mon prochain livre.
Philippe Bouvard ; Mille et une pensées (2005)
Il me faut plus qu'une morale, il me faut un Dieu : Il rayonne en elle, elle vit en lui.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Aujourd'hui, Dieu, comme les pauvres, est tombé dans l'oubli.
Christian Bobin ; Ressusciter (2001)
Dieu éclaire ceux qui pensent souvent à lui, et qui lèvent les yeux vers lui.
Joseph Joubert ; Les pensées et maximes (1866)
Vouloir définir Dieu, c'est prétendre à le limiter en notre esprit, c'est-à-dire le tuer. Dès que nous essayons de le définir, c'est le néant qui surgit.
Miguel de Unamuno ; Le sentiment tragique de la vie (1913)
Dieu ne demande pas de la patience à ceux qui en ont, mais à ceux qui n'en ont pas.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
L'homme qui croit entre en intimité avec son Dieu.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Dieu sait ce qu'il fait ; cette pensée doit nous consoler.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Quand Dieu a dit à l'homme : Aime et espère, il lui a dit : Souffre et tais-toi.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Aimer Dieu, ce n'est pas seulement admirer toutes ses œuvres, c'est accepter toutes ses lois.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Il ne faut jamais murmurer contre Dieu ; il est tout puissant, il est sage, il vous aime et vous devez croire qu'il n'a permis votre malheur que pour votre bien.
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont ; Aurore et Aimée (1756)
Rendre grâce à Dieu, au Créateur, est, pour tout être humain, un devoir quotidien.
Samuel Ferdinand-Lop ; Nouvelles, pensées et maximes (1969)
Nier l'existence de Dieu, c'est nier l'évidence.
Samuel Ferdinand-Lop ; Nouvelles, pensées et maximes (1969)
Dieu est comme un père tendre pour qui le repentir douloureux de ses enfants est un chagrin de plus.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
Craignez un Dieu vengeur et tout ce qui le blesse, c'est là le premier pas qui mène à la sagesse.
François de Neufchâteau ; Les pensées et maximes (1750-1828)
Pourquoi nous trouvons Dieu si aimable ? Parce qu'il ne se met jamais sur notre chemin.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Qui a le sentiment de Dieu mérite le respect, car il ne vivra jamais dans le mal.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Tous les hommes cherchent Dieu, même l'avare, le débauché, le scélérat ; mais Dieu pour l'un c'est l'or, pour l'autre la volupté, pour un troisième le sang ; pour tous leur idéal, leur passion secrète, leur amour fondamental.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 janvier 1850.
Dieu est un sultan impitoyable qui prend la tête de tous ceux qui l'ont offensé, mais son héritier présomptif, mû de compassion, s'élance entre le souverain et les sujets et donne son sang pour satisfaire la colère du maître et sauver les coupables.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 26 juin 1880.
L'union de l'âme avec Dieu dans l'ordre surnaturel est une sorte de déification qui, sans confondre le fini avec l'infini, le créé avec l'incréé, le met dans un rapport si étroit, que non seulement l'homme pense comme Dieu, mais que Dieu est dans l'homme par une pénétration de sa substance, à la manière dont le feu est dans le fer qu'il transfigure par sa lumière et sa chaleur sans le dénaturer ni se dénaturer lui-même.
Henri Lacordaire ; Les pensées et réflexions choisies (1897)
Dieu est au monde ce que le pilote du vaisseau est à son bâtiment. Il ne quitte jamais le gouvernail et dirige à tout instant la marche du navire.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Élever son âme vers Dieu, étendre ses idées jusques dans l'autre vie, voilà la piété.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)
Les œuvres de Dieu se font peu à peu par commencement et par progrès. Exemples : L'arche de Noé, le voyage dans le désert, la venue du Messie, sa naissance, son enfance, trente ans de vie cachée, la foi seulement plantée et non répandue de suite par toute la terre. Et puis ce mot de Jésus-Christ : Mon heure n'est pas encore venue. Ainsi donc il faut aller doucement, beaucoup prier Dieu et agir de concert.
Saint Vincent de Paul ; Les maximes spirituelles (posthume, 1576)
Il faut regarder ceux nous annoncent la parole de Dieu comme des messagers célestes qui viennent de la part de Dieu pour nous enseigner le chemin du salut.
Saint François de Sales ; Une pensée pour chaque jour (1846)
Dieu va et vient à son gré, et personne ne sait d'où il vient, ni où il va.
Saint Bernard de Clairvaux ; Les commentaires du Cantique des Cantiques (1142)
Dieu est un chemin à parcourir semé d'embûches et de chausse-trappes.
Pascal Bruckner ; L'euphorie perpétuelle (2000)
S'il faut que Dieu nous aime, et que Dieu est tout - il faut aussi que nous ne soyons rien.
Novalis ; Les semences (1798)