Les citations célèbres sur affliger (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

Un des plus grands maux affligeant l'humanité est l'ignorance.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Il faut plaindre les affligés, c'est une loi de l'humanité.
Giovanni Boccaccio ; Le Décaméron (1353)
On a vite fait de trouver un pourquoi aux malheurs qui affligent ceux que l'on n'aime pas.
Louis-Philippe Robidoux ; Les feuilles volantes (1949)
Rien n'est plus violent que d'être affligé sans oser communiquer ses peines.
Abbé Antoine Prévost ; Mémoires et aventures d'un homme (1728-1731)
C'est un péché d'affliger les hommes quand on peut remédier à leurs maux.
Fernando de Rojas ; La Célestine - XVIe siècle.
La marque d'un bon cœur est de compatir aux maux de ceux qui sont affligés.
Nicolas Machiavel ; L'entremetteuse maladroite (1513)
Ceux qui affligent certaines âmes sont les gardiens de leur vertu.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)
Quelle que soit la source de vos chagrins, ce serait une grande injustice de les faire retomber sur vos proches ; ce serait imiter ces animaux furieux qui se jettent sur tous ceux qui ont le malheur de les rencontrer. Ne confondez pas les innocents avec les coupables, et n'affligez pas les autres parce que vous avez des soucis. Quelle triste consolation, que de rendre malheureux ceux qui vivent avec vous ? Voyez cet homme qu'un revers imprévu accable, ou que la bile suffoque ; il ne rentre dans sa maison qu'avec toutes les marques de la fureur. L'œil en feu, l'air menaçant, les paroles foudroyantes à la bouche, il décharge son courroux sur tout ce qui se présente. Ce spectacle vous révolte et vous indigne ; gardez-vous donc d'agir de la sorte.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Ne mêlez jamais les reproches aux bienfaits, ne joignez non plus à votre présent des paroles tristes et affligeantes. La douceur des paroles vaut mieux que le présent même.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
L'humanité nous porte à regarder tous les hommes comme nos frères, et à leur faire le plus de bien que nous pouvons quand ils ont besoin de nous. Cette aimable vertu est fondée sur la nature qui nous incline à nous intéresser en faveur de nos semblables. Il suffit qu'une personne paraisse émue et affligée pour nous émouvoir et nous attendrir en sa faveur. Les larmes d'un inconnu nous touchent avant même que nous en sachions la cause ; et les cris d'un homme qui ne tient à nous que par l'humanité, nous font courir à son secours par un mouvement naturel qui précède toute délibération.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Si la mort afflige les heureux, elle console les misérables.
Sénèque ; Les fragments - Ier siècle.
La fortune dispose des hommes et les afflige à son gré.
Plaute ; Les captifs - IIe s. av. J.-C.
Si, dans les maux qui nous affligent, nous pensons aux motifs de consolations qu'ils nous offrent eux-mêmes, nous les supporterons avec moins de peine. Mais, si nous ne nous occupons que de nos souffrances, si nous ne leur opposons pas ce qui doit les adoucir, nous ne verrons jamais aucun terme à nos douleurs.
Ménandre ; Les fragments - IVe s. av. J.-C.
Le jeune homme est singulier par caprice, et il s'en réjouit ; l'homme fait l'est sans le vouloir et par contrainte, et il s'en afflige.
Jean-Paul Richter ; Les pensées et réflexions (1829)
Si vous avez de l'humanité, vous saurez, vous sentirez que tout affligé est respectable.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
Il est plus difficile de consoler une femme affligée qu'une femme désespérée.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Ne t'afflige pas de toutes choses, supporte bravement les changements de la fortune.
Jean Stobée ; Extraits, sentences et préceptes (Ve s. ap. J.-C.)
Pense aux maux de tous les autres, tu seras moins affligé des tiens.
Jean Stobée ; Extraits, sentences et préceptes (Ve s. ap. J.-C.)
La seule vue d'un être qui souffre me tourmente et m'afflige.
Jacques-Henri Meister ; De la morale naturelle (1788)
Il est bien rare qu'au regret d'avoir perdu un ami ne vienne se joindre le regret plus cruel encore de l'avoir quelquefois affligé.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
Qui s'afflige d'avance s'afflige deux fois.
Goswin de Stassart ; La corneille et le rossignol (1822)
Le grand nombre des malheurs affligeant les hommes vient de ce que, étant trop occupés du présent, ils oublient l'avenir.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
L'histoire la plus affligeante, mais la plus instructive, serait celle de la crédulité de l'esprit humain.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)
Pour réussir à consoler un affligé, il faut l'avoir été soi-même.
Sénèque ; Les fragments - Ier siècle.
Vieillir est triste, mourir est affligeant.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 1er mai 1868.
Un mot, un geste, un regard, un rien fait couler des torrents de pleurs quand on est affligé.
Charles-Joseph de Ligne ; Les lettres, maximes et pensées (1809)
Les fautes de nos amis affligent autant notre amour-propre que notre cœur.
Louis Joseph Mabire ; Le dictionnaire de maximes (1830)
Rien n'afflige tant les hommes que l'ignorance de l'avenir.
Juvénal ; Satires - env. 120 ap. J.-C.
L'homme véritablement affligé pleure sans témoin.
Martial ; Les épigrammes - env. 90 ap. J.-C.
On peut s'affliger de l'envie ; mais comme elle est toujours en proportion de nos avantages, il y a une sorte d'injustice à s'en plaindre.
Jean-Jacques de Lingrée ; Les réflexions, pensées et maximes (1814)
La solitude n'afflige que ceux qui redoutent l'ennui, jamais ceux qui savent s'occuper.
Madeleine de Puisieux ; Les conseils à une amie (1751)
Qui se tourmente plus tôt qu'il ne doit s'afflige plus qu'il ne faut.
William de Britaine ; La prudence humaine (1689)
Quiconque n'est pas maître de soi nous importune et nous affligé.
Ralph Waldo Emerson ; Les lois de la vie (1864)
En amour qui fait la blessure la guérit, et qui afflige console.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
Passé la première jeunesse, l'adversité afflige plus qu'elle n'éclaire.
Pierre-Marie Quitard ; Le dictionnaire étymologique (1842)
L'homme supérieur ne s'afflige pas d'être ignoré et méconnu des hommes.
Confucius ; Les entretiens - VIe s. av. J.-C.
Il y a plus de noblesse d'âme à se réjouir de la gaieté d'autrui qu'à s'affliger de son malheur.
Pascal Bruckner ; L'euphorie perpétuelle (2000)
Lorsqu'un jaloux déplaît, c'est qu'on est sans tendresse ; mais un jaloux qu'on aime afflige rarement.
Barthélemy Imbert ; Le jaloux sans amour, II, 1 (1781)
Quand le cœur s'attendrit, il parait s'affliger.
Charles-Georges Fenouillot de Falbaire ; L'honnête criminel (1767)
Ne te détourne pas de ceux qui pleurent, afflige-toi avec les affligés.
La Bible ; L'Ecclésiastique, VII, 34 - IIe s. av. J.-C.
Peu de chose nous console, parce que peu de chose nous afflige.
Blaise Pascal ; Les pensées (1670)

Le dictionnaire des proverbes :

De quel pays provient le proverbe C'est chose cruelle que d'affliger l'affligé ?

Autres dictionnaires à consulter :