Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur affliger

Ce dictionnaire contient 72 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le verbe affliger. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur affliger issus des quatre coins du monde :

La bonne parole est empreinte de douceur et de paix ; elle console le cœur affligé. C'est dans la parole que réside tout le bien ; aussi a-t-on dit d'elle qu'elle est la vie de l'âme, c'est avec son souffle vivifiant que le Messie ressuscitait les morts.
Citation orientale ; Les apologues et contes orientaux (1784)
Il ne faut jamais qu'un homme s'afflige par avance d'un malheur qu'il prévoit.
Abbé de Chaulieu ; Les lettres inédites de l'abbé de Chaulieu (1850)
Les succès d'une femme ne sont pas complets s'il n'y a pas quelqu'un qu'ils affligent.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Nos amis s'affligent de nos malheurs et s'égayent de nos sottises.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Les affligés peuvent jouir de la nature, mais non du monde.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Il est plus facile de supporter ce qui afflige que ce qui déplaît.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
L'affligé qu'on vient voir se fait plus gai, le visiteur se fait plus triste ; chacun d'eux franchit par charité la moitié de la distance qui les séparait tout à l'heure.
Diane de Beausacq ; Les pensées et maximes de la vie (1883)
Le secours de la raison ne peut rien où la délicatesse du goût est affligée.
Charles de Saint-Évremond ; Les pensées, sentiments et maximes (1740)
Il ne faut jamais affliger les meilleurs amis qu'on ait dans ce monde, ils sont si rares.
Alexis de Tocqueville ; La nouvelle correspondance inédite (1866)
Le mariage en impromptu étonne l'innocence, mais ne l'afflige pas.
Marivaux ; L'épreuve, XIV (1740)
Rien n'afflige tant un envieux que d'entendre bien parler.
Plutarque ; Comment écouter - Ier s. ap. J.-C.
Un retour sur nous-mêmes, sur les maux qui peuvent nous affliger, nous inspire la compassion pour notre semblable. Ce sentiment est si fort et si naturel que l'homme chargé de crimes ne peut toujours s'y soustraire.
Auguste-Louis Petiet ; Les pensées, maximes et réflexions (1851)
Ce qui s'atténue dans un cœur affligé, ce sont les préférences : on aime à peu près tout le monde de la même manière.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
Il n'est rien de pire qu'un châtiment infligé par un coupable.
Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)
Prétendre qu'on ne souffre guère d'un malheur qu'on n'a pas mérité, c'est vouloir qu'on ne s'afflige point d'un œil qu'on nous crève parce qu'il était bon.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Quand tu me montreras l'Homme dont nul n'a médit, je commencerai à m'affliger qu'on ait médit de moi.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Le spectacle d'une force qui faiblit n'afflige que les grandes âmes, elle console les petites.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Bienvenue est la mort, quand elle visite les affligés qui l'implorent.
Fernando de Rojas ; La Célestine - XVIe siècle.
Celui qui a le loisir de chercher des fictions n’est pas très affligé.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
Il n'est pas d'art plus difficile que celui de consoler les affligés.
Victor Cherbuliez ; Les profils étrangers (1889)
Je vomis les cœurs rigides, les cœurs affligés de déceptions, fossilisés.
Alexandre Jardin ; Française (2020)
À quoi bon la fureur, ou pourquoi s'affliger ? Le sage doit souffrir ce qu'il ne peut changer.
François de Neufchâteau ; Les pensées et maximes (1750-1828)
Nous sommes exacts à compter les tribulations qui nous affligent ; le sommes-nous également à compter les péchés qui nous les attirent ?
Jean Chrysostome ; Les homélies, discours et lettres choisies (1785)
La compassion est un amour qui s'afflige du mal de la personne qu'on aime.
François de Salignac de La Mothe-Fénelon ; Socrate, Alcibiade et Timon (1712)
Retrouver la paix après une tempête de l'âme est aussi délicieux pour l'homme affligé que, pour le riche goutteux, de « sucer un jarret de veau » après un long temps d'abstinence. Ni le bonheur, ni le jarret n'auraient, autrement, de saveur.
Robert Mauzi ; L'idée de bonheur dans la littérature française (1960)
Il faut secourir aux affligés sans s'affliger.
Pierre Charron ; Le traité de la sagesse (1601)
Il ne faut pas affliger les bons cœurs en méprisant leurs éloges, il faut les remercier, leur sourire ; mais c'est le cas de serrer d'un cran le cilice intime de la modestie pour ne pas follement oublier qu'on n'est rien, qu'on ne sait rien.
Sully Prudhomme ; Journal intime, le 19 juin 1868.
Il faut éviter d'interroger quelqu'un sur ses malheurs, c'est l'affliger.
Plutarque ; Les symposiaques, II, 1 - Ier s. ap. J.-C.
Le temps n'a pas d'ailes pour les cœurs affligés.
Pigault-Lebrun ; Jérôme, V (1804)
Je n'ose montrer à ceux qui m'aiment l'étendue de mes misères et de mes abattements parce que d'une part je les afflige, et que de l'autre j'ai honte. En sorte que je broie le soir dans mon lit un noir affreux, traînant mon boulet sans joie et sans espérance, et ayant le sentiment que je me consume sans utilité.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 octobre 1872.