Les citations douleur

Ce dictionnaire contient 123 citations et proverbes douleur :

Une petite fente assourdit la cloche, une grande en augmente la sonorité. Ainsi la douleur sur l'âme !
Alexandre Weill ; Le petit trésor d'esprit (1874)
Le désespoir est païen, la douleur est chrétienne.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Comme l'amour, la douleur pénètre toujours plus avant dans le cœur.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
La vraie charité est vaste comme l'amour de Dieu, embrassant tout ce qui souffre, pénétrante, comme lui, pour atteindre le dernier fond de la douleur ; elle participe à sa durée, car elle ne se lasse pas et ne se dissipe pas comme une fugitive émotion de l'âme.
Edmond de Pressensé ; Les études évangéliques (1867)
Sois hardi avec la vie, doux avec la douleur, soumis avec la mort.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La mélancolie, c'est l'automne de la douleur.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Au milieu des tourments la douleur est immense, pour qui vit seul et qui souffre en silence.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.
Celui que grandit la douleur trouve son fond de douceur dans son mal, c'est la souffrance dorée.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
La douleur a quelquefois besoin de rugir, comme la bête féroce : c'est le duel qui commence entre elle et nous.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Qu'elles sont bonnes les larmes à la douleur, comme à l'enfant le sein plein de lait ! Et quand elles se tarissent ne doit-on pas éprouver l'amertume d'un enfant qu'on sèvre ? Car il aime toujours autant le sein sans lait.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
La douleur a beau nous montrer qu'elle nous aime, nous, nous ne l'aimons pas.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Après une grande douleur, rien ne nous étonne plus, si ce n'est de l'avoir supportée.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La douleur et la joie n'ont qu'un sillon : le cœur.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La douleur qui se compare est déjà sur le chemin de la résignation.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Dans la douleur, derrière tout ce que nous pouvons dire, il y a tout ce que nous devons taire.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
On sort de la douleur comme on sort d'un antre obscur, toujours un peu surpris.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Sur la litière de la douleur on fait encore des envieux.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La douleur est comme la noblesse, elle n'accepte de comparaison qu'avec ses pairs.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Étrange effet de la douleur : je suis bien où j'étais mal, je suis mal où j'étais bien.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Chaque douleur que je supporte me laisse dans l'âme un orgueil inconscient dont mon humilité ne rougit pas.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Une grande douleur creuse dans l'âme un puits où toutes les eaux amères d'alentour viennent verser leur âcre tribut.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 11 mars 1853.
Souffrants, nous avons souvent changé de position dans notre lit de misère, la douleur n'a pas lâché prise.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
Qu'elle est belle aux yeux du ciel, la douleur qui s'oublie pour la douleur d'un autre !
Stanislas de Boufflers ; Les pensées et fragments (1816)
Apprécie ce que la douleur t'a laissé : quand le mal est passé, le mal est doux.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Puisque la douleur toujours victorieuse est notre lot, apprends l'art de la désarmer : et la transfigurant par la douceur pieuse qui fait d'elle un archange, on arrive à l'aimer.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 14 juillet 1872.
Ce n'est pas la mort qui est violente, c'est la vie. La douleur entre avec nous au berceau, et elle ne nous quitte plus.
François de Reynaud de Montlosier ; Les mystères de la vie humaine (1829)
Réprimer l'élan du cœur, c'est mieux compter ses battements, la douleur pesée est plus noble que la douleur criée.
Sully Prudhomme ; Journal intime, le 26 juin 1868.
Douleur et noblesse : Cette homme est bassement heureux. Ne te hâte pas de le plaindre. Il n'a sans doute que ce qu'il mérite. La douleur choisit ses amants.
Gustave Thibon ; L'échelle de Jacob (1942)
Sans apprentissage de la douleur, le bonheur n'est pas solide.
Frédéric Beigbeder ; L'amour dure trois ans (1997)
Ici-bas, la douleur à la douleur s'enchaîne, le jour succède au jour, et la peine à la peine.
Alphonse de Lamartine ; L'homme (1815-1820)
Toi, tu es entré dans ton agonie le jour où tu es né, et le sceau de la douleur t'avait marqué au front dans le sein de ta mère. Viens, nous respecterons ta peine et nous tâcherons d'en alléger le poids.
George Sand ; Les lettres d'un voyageur (1834)
La douleur qui nous fait passer la nuit en veille nous rend triste comme le pélican du désert.
Mary Sarah Newton ; Essais divers, lettres et pensées (1852)
Sainte douleur, feu purifiant, dévore l'esprit d'indépendance et de vanité jusqu'à la racine.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 25 janvier 1854.
La douleur est un siècle, et la mort un moment.
Jean-Baptiste Gresset ; Épître VI, À ma sœur (1764)
La douleur qui se nourrit de douleur n'en devient que plus amère.
Johann Wolfgang von Goethe ; La fille naturelle (1804)
S'il y a courage à supporter la douleur, il y a faiblesse à lui rendre les armes, et à se tenir courbé sous son joug. Il vaut mieux l'épancher sur un cœur ami dont la parole sera pour elle un baume tempérant.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
En toute situation les femmes ont plus de causes de douleur que n'en a l'homme, et souffrent plus que lui. L'homme a sa force et l'exercice de sa puissance ; il agit, il va, il s'occupe, il pense, il embrasse l'avenir ; il y trouve des consolations ; mais la femme demeure, elle reste face à face avec les chagrins dont rien ne la distrait, elle descend jusqu'au fond de l'abîme qu'il a ouvert, le mesure et souvent le comble de ses vœux et de ses larmes.
Honoré de Balzac ; Eugènie Grandet (1833)
La douleur a ses hypocrites comme la joie ; il en est qui appellent sur eux la pitié et les condoléances, comme d'autres appelleraient les félicitations ; c'est toujours l'amour-propre ou l'intérêt mis en jeu.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
Cette douleur des âmes fortes, qui ne se répand pas au dehors et qui s'alimente de son silence, est la plus dangereuse et la plus terrible ; au lieu de filtrer goutte à goutte par la voie des larmes, elle s'amasse dans les profondeurs de la poitrine, et ce n'est que lorsque la poitrine se brise que l'on voit les ravages qu'elle a produits.
Alexandre Dumas ; Les aventures de John Davys (1840)
La tristesse est au fond des joies de l'homme : la nature attache une douleur à tous ses plaisirs, et quand elle ne peut refuser le bonheur, par un dernier artifice elle y mêle la crainte de le perdre.
François-René de Chateaubriand ; Les Natchez (1827)