Les citations pitié

Ce dictionnaire contient 82 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot pitié. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur pitié issus des quatre coins du monde :

À l'appel de la charité, la pitié apporte son obole et la vanité ses pièces d'or.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Les gens furieux d'inspirer de la pitié, vexés qu'on les ménage, qu'on leur fasse de pieux mensonges ne connaissent pas leur bonheur. Que j'aimerais qu'on me ménageât, qu'on me mentît, au lieu de recevoir sans cesse des montagnes sur le dos, sous prétexte que je suis solide !
Jean Dutourd ; Les pensées et réflexions (1990)
Dieu a montré sa pitié pour la femme en lui donnant l'intuition.
Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)
Tous les crimes et les vices viennent de faiblesse ; ils ne méritent donc que la pitié !
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1824)
Tout ce qui souffre doit appeler d'abord la pitié, la réflexion ensuite.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
La pitié est douce parce qu'en se mettant à la place de celui qui souffre, on sent pourtant le plaisir de ne pas souffrir comme lui. Elle est douce encore par le bon témoignage que la conscience nous rend, et par la récompense que la vertu porte avec elle.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)
Quel est l'homme essentiellement malheureux qui ne se sente soulagé par la prière ? L'athée, s'il en existe, s'écrie dans l'adversité : Non Dieu, ayez pitié de moi !
Auguste-Louis Petiet ; Les pensées, maximes et réflexions (1851)
La façon la plus commune d'amollir les cœurs de ceux qu'on a offensés lorsque, la vengeance en main, ils nous tiennent à leur merci, c'est de les émouvoir par sa soumission à la commisération et à la pitié.
Michel de Montaigne ; Les pensées extraites de ses œuvres (1888)
Une pitié sans bornes pour tous les êtres vivants, c'est le gage le plus ferme et le plus sûr de la conduite morale, et cela n'exige aucune casuistique. On peut être assuré que celui qui en est rempli ne blessera personne, n'empiétera sur les droits de personne, ne fera de mal à personne.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
Envie et pitié, chacun porte en soi ces deux sentiments diamétralement opposés ; ce qui les fait naître, c'est la comparaison involontaire, inévitable de notre propre situation avec celle des autres ; selon que cette comparaison réagit sur chaque caractère individuel, l'un ou l'autre de ces sentiments devient une disposition fondamentale et la source de nos actes. L'envie ne fait qu'élever, épaissir et consolider le mur qui se dresse entre toi et moi ; au contraire la pitié le rend mince et transparent, parfois elle le détruit de fond en comble, et alors s'évanouit toute différence entre moi et les autres hommes.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
La seule pitié est le principe réel de toute libre justice et de toute vraie charité.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
L'homme qui ne connait pas la pitié vit en dehors de l'humanité.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
La pitié, seul fondement de la morale, nait du sentiment de l'identité de tous les hommes et de tous les êtres, et doit s'étendre aux animaux.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
La pitié, qui veut le bien d'autrui, elle va jusqu'à la générosité, la grandeur d'âme.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
Une chose très pénible à constater quand on a beaucoup souffert, c'est d'avoir perdu de sa pitié.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Des débris de ton cœur fais de la miséricorde et de la pitié.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Autant la pitié est douce quand elle vient à nous, autant elle est amère, même dans ses secours, quand il faut l'implorer.
Pierre Louis de Lacretelle ; Les pensées et réflexions (1817)
Les grandes douleurs ont quelque chose de sacré, la pitié même les profane par sa présence.
Victor Cherbuliez ; Le comte Kostia (1863)
Ceux qui ont de la pitié pour les bêtes en ont encore plus pour les hommes.
Jeanne-Marie Leprince de Beaumont ; Le prince chéri (1756)
La pitié dispose le cœur à une autre passion ; elle le conduit imperceptiblement de la compassion à l'amitié, et de l'amitié à l'amour, par une pente nécessaire où l'âme ne se peut retenir, et où elle s'abandonne avec joie, au milieu même de la douleur.
Joséphine de Sartory ; Les pensées fugitives (1805)
Une pitié passagère et languissante n'est pas de la bonté, car la notion de bonté ne se conçoit même pas, si elle n'est complétée par celle d'énergie.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
La pitié marche quelquefois sur les talons de la colère.
Victor Cherbuliez ; Paule Méré (1864)
Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du coeur des hommes.
Maurice Maeterlinck ; Pelléas et Mélisande (1892)
Les fautes du prochain nous doivent porter plutôt à la pitié qu'à la colère, et la véritable justice doit nous disposer plutôt à la compassion qu'à l'indignation envers les pécheurs.
Saint Vincent de Paul ; Les maximes spirituelles (posthume, 1576)
La pitié est proche parente de l'amour.
Robert Louis Stevenson ; Saint-Yves (1897)
Pieux d'amour ou d'amitié, vois-tu, d'un cœur de femme il faut avoir pitié !
Marceline Desbordes-Valmore ; Les pleurs, La révélation (1834)
De tous les sentiments la pitié est peut-être le seul qui ne court jamais le risque de se tromper, car les gens mêmes qui dupent la pitié de notre cœur méritent celle de notre esprit.
Edmond Thiaudière ; La soif du juste (1895)
N'excitez pas l'envie, et l'on ne s'apercevra point que vous ne méritez souvent que de la pitié.
Laurence Sterne ; Les maximes, pensées et lettres (1768)
Notre amour-propre accepte avec moins de déplaisir la haine que la pitié.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
La pitié console ou révolte le malheureux, suivant qu'il la sent inspirée par la bonté ou par le dédain.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)