Les citations reconnaissance

Ce dictionnaire contient 97 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot reconnaissance. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur reconnaissance issus des quatre coins du monde :

À certaines âmes la reconnaissance pèse plus que le remords.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Décidément, le chien est plus bête que l'homme : il a la reconnaissance plus longue que le bienfait.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La reconnaissance et l'ingratitude font toutes deux escorte au bienfait : l'une précède et l'autre suit.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La reconnaissance envers Dieu donne une saveur de plus à nos joies.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
C'est petit d'avoir besoin de reconnaissance : ce n'est plus donner, c'est placer son bienfait.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
On porte sur ses épaules la lourde charge de la reconnaissance qui pèse comme une montagne.
Victor Cherbuliez ; La revanche de Joseph Noirel (1882)
La reconnaissance n'a jamais brûlé les doigts à personne.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La reconnaissance nous ouvre tantôt la bouche et tantôt nous la ferme.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Avoir besoin de reconnaissance, c'est compter sur le tant pour cent.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La reconnaissance et la générosité ont besoin de promptitude pour garder tout leur parfum.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La justice a plus de droits à notre reconnaissance que la générosité.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
C'est sur l'intention d'où part la bienfaisance que doit se mesurer notre reconnaissance.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.
Pour stimuler l'essor de notre bienfaisance, le meilleur aiguillon c'est la reconnaissance.
Publilius Syrus ; Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.
Il y a des reconnaissances muettes qui valent beaucoup.
Joséphine de Sartory ; Les pensées fugitives (1805)
La reconnaissance est un mot d'imbécile, on le met dans le dictionnaire, mais il n'est pas dans le cœur humain.
Honoré de Balzac ; Modeste Mignon (1844)
Le plaisir des bons cœurs, c'est la reconnaissance.
Jean-François de La Harpe ; Philoctète, I, 4, le 16 juin 1783.
Quelqu'un vous rend-il un bon office, vite, donnez, donnez ! Bien peu de gens attendent avec confiance, d'un jardin tranquille, les fleurs de la reconnaissance.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Flirt : Reconnaissance du terrain avant l'assaut.
Philippe Bouvard ; La belle vie après 70 ans (2002)
Je m'accuse d'avoir cherché la reconnaissance d'une société à laquelle je refuse mon estime.
Philippe Bouvard ; Mes dernières pensées sont pour vous (2017)
La reconnaissance est le seul plaisir qui ne soit jamais mêlé de honte ou de regrets.
Louis-Philippe de Ségur ; La reconnaissance (1816)
L'individu ne reçoit une dimension humaine que par la reconnaissance d'autrui.
Simone de Beauvoir ; La force de l'âge (1960)
La reconnaissance part naturellement d'une belle âme ; les âmes vulgaires n'en connaissent que le mot.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
L'amour n'est peut-être que la reconnaissance du plaisir.
Honoré de Balzac ; Le père Goriot (1835)
La reconnaissance est une plante qui fleurit que sur une terre arrosée par l'intérêt.
Édouard Herriot ; Les notes, pensées et maximes (1961)
La reconnaissance serait plus douce si elle ne nous rappelait pas que nous avons eu besoin du bienfait.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
La reconnaissance est plus facile à un inférieur qu'à un égal, elle ne change pas les situations respectives.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
Après la bienfaisance, le plus grand des plaisirs est la reconnaissance.
Pierre-Laurent De Belloy ; Pierre le Cruel (1772)
La vraie bonté n'attend pas même un retour de reconnaissance ; il lui suffit de la joie inexprimable de voir ses bienfaits fructifier en bonheur pour autrui.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
L'étalage d'un bienfait en ravit tout le mérite ; il dispense de la reconnaissance, car il paye son auteur en devenant pour lui un moyen d'ostentation, et il serait mal venu s'il se plaignait de l'ingratitude de son obligé.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)
La reconnaissance rend la libéralité plus agréable ; l'ingratitude la rend plus éclatante.
Pline le Jeune ; Lettre à Messius Maximus - IIe siècle.
La reconnaissance est l'aimant des bons cœurs.
Carlo Goldoni ; Les maximes et pensées (1794)
La bienfaisance pure est presque aussi rare que la vraie reconnaissance.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
S'il est plus doux de faire du bien à ceux qui en auront de la reconnaissance, il y a plus de vertu et de grandeur d'âme à en faire à ceux de qui l'on n'attend rien.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La reconnaissance est un devoir, non seulement à l'égard de nos parents qui sont nos premiers et nos plus grands bienfaiteurs, mais aussi à l'égard de tous ceux qui nous ont fait du bien. On se couvre d'ignominie quand on y manque.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La reconnaissance est un devoir que les ingrats manquent souvent à l'égard de leur bienfaiteur.
Charles Gobinet ; L'instruction de la jeunesse (1665)
Témoigne ta reconnaissance par des actes à ton bienfaiteur.
Jean Stobée ; Extraits, sentences et préceptes (Ve s. ap. J.-C.)
L'homme juste souffre de ne pouvoir témoigner sa reconnaissance des bienfaits reçus.
Jacques Amyot ; La vie de Pyrrhus (1572)
Oblige-t-on les gens riches, leur reconnaissance ne pèse pas une plume ; leur fait-on la moindre offense, leur vengeance tombe sur vous comme le plomb.
Plaute ; Le petit Carthaginois - IIe s. av. J.-C.
Les bienfaits ne se paient noblement que par une vive reconnaissance.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La lenteur à s'acquitter d'un bienfait est quelquefois le fruit de la reconnaissance la plus tendre.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)