Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur adieux

Ce dictionnaire contient 37 pensées et citations adieu :

Donne-moi, au moins, un baiser ! embrasse-moi pour me dire adieu ; pour une caresse de toi, je donnerais tout le bonheur que peuvent renfermer la terre et les cieux !
Honoré de Balzac ; La dernière fée (1823)
Il y a des moments où je dis adieu à tout. Je voudrais me dissoudre. Rien de ce que je désire encore n'est réalisable. Ici, je suis dans un néant presque parfait.
Rémy de Gourmont ; Les lettres intimes à l'Amazone (1926)
Prolonger un adieu, c'est dire cent, mille, dix mille adieux, et chacun vous déchire à nouveau toute l'âme. En amour, comme ailleurs, les plus courtes agonies sont les seules souhaitables.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)
Quand la saison d'aimer se dépouille de fleurs, adieu jeunes plaisirs pour passer aux douleurs.
Louis Belmontet ; Les pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)
Le revoir rapide et inattendu, aussitôt après des adieux très durs, c'est presque le retour après une longue absence.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
À quoi bon ? Quand cette phrase-là s'empare de nous, adieu courage ! adieu vertu !
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Adieu ! tu n'es plus pour moi qu'un souvenir chéri.
Maxime Du Camp ; Les forces perdues (1867)
On rompt qu'en se disant un de ces adieux éternels sur lesquels on ne revient pas.
Maxime Du Camp ; Les forces perdues (1867)
Adieu, mon cœur ; aime-moi si tu veux, ou plutôt si tu peux ; mais songe seulement que rien dans le monde ne t'aime et ne te chérit comme moi, et que je n'estime la vie qu'autant que je la passerai avec toi.
Éléonore de Sabran ; Les lettres à Stanislas de Boufflers (1778-1788)
Adieu maman ; je t'aime partout où je suis, partout où tu es.
Stanislas de Boufflers ; Les lettres à ma mère sur la Suisse (1770)
Adieu, je n'ai absolument rien à te dire, si ce n'est que je t'aime.
Gustave Flaubert ; Lettre à Louis Bouilhet, le 2 août 1855.
Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
Anne Hébert ; Les chambres de bois (1958)
Monde, je te fais mes adieux ; éternité, je te salue.
André Grétry ; Les maximes détachées (1801)
J'espère bien une réponse de ta plume, et tu permettras à celui que tu as daigné appeler ami, malgré la distance d'âge et de mérite, de t'offrir son adieu le plus affectueux et un cœur qui t'est dévoué.
Henri-Frédéric Amiel ; Les lettres d'Henri-Frédéric Amiel à ses amis (1935)
Il y a de la mélancolie dans tout adieu, fût-ce un adieu à l'ombre seulement du bonheur.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 17 juin 1859.
Adieu, embrasse, adieu, embrasse qui tu veux ! Adieu, embrasse ! Dépêche-toi d'aimer, c'est le mot que les enfants crient à leurs aînés, c'est la sagesse pratique que les éphémères se passent l'un à l'autre.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 10 octobre 1878.
Je veux dans mes derniers adieux, attacher mes yeux sur tes yeux.
Voltaire ; À Madame Lullin, le 26 novembre 1773.
Il est bien plus difficile de se délier que de se lier, bien plus difficile de se dire adieu que bonjour. Quand le cœur n'a plus d'illusion, il a son amour-propre ; et après l'attrait disparu le point d'honneur s'entête.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 17 février 1873.
Dans la plupart des adieux, il y a cela de particulier qu'on ne sait comment tromper l'attente fiévreuse de la séparation, et que les gens s'aimant le plus désirent en finir, et que les gens ayant le plus d'esprit se sentent bêtes, les uns à l'égard des autres.
Edmond Thiaudière ; La soif du juste (1895)
Adieu, toi que j'ai tant aimée, que j'aime tant encore, toi qui as rempli pour jamais ma vie d'amour et de douleur. Adieu, je pleure en écrivant ce mot. Adieu... adieu !...
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)
Adieu, adieu, mille baisers d'amour. Si tu étais là je t'en donnerais comme je t'en ai donné. J'ai encore soif de toi, je ne suis pas assouvi ! Je t'aime.
Gustave Flaubert ; Les lettres à Louise Colet, le 21 août 1846.
Avec de belles espérances, l'adieu est comme une fête.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Tu viens à moi, bonjour ; tu veux partir, adieu. Le bonheur n'est pas même un oiseau de passage, c'est le reflet d'un rêve bleu. Vouloir le saisir sert de peu, mais lui sourire est assez sage.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 août 1872.
Bonjour ! Adieu ! c'est l'abrégé de la vie.
Adolphe d'Houdetot ; Dix épines pour une fleur (1853)
La jeunesse fuit, la vie tombe en ruine : l'espérance même nous abandonne ; nous n'avons plus le même culte pour l'amour ; il étend ses jeunes ailes et s'envole avec la brise, et le linceul de la tendresse est le dernier adieu de l'amour.
George Gordon Byron ; Le dernier adieu de l'amour (1807)
Une seule louange, un simple témoignage d'affection donnés en notre absence, suffisent pour nous toucher. Combien ne le serons-nous pas encore davantage si l'on nous lance l'une et l'autre, comme un baiser d'adieu, après notre fuite de cette terre ? — Je ne puis croire qu'il y ait un seul être humain que, lorsque la mort le place dans le cercueil, comme sous la cloche du plongeur, une tête penchée et un regard humide ne suivent point ; ainsi chacun peut donc aimer du moins l'ami qui le pleurera un jour.
Jean-Paul Richter ; Les pensées et réflexions (1829)
Quand la vie est si brève et l'avenir si trouble, pourquoi se dire adieu ? Un amour éprouvé par l'épreuve du feu ne compte-t-il pas double ? Quand sous les ouragans dans le désert humain tout vacille et tout tremble, pourquoi ne pas finir la vie ensemble, et se dire à demain ?
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 21 décembre 1870.
Un authentique chagrin d'amour enferme en lui-même celui qui l'éprouve ; c'est comme une seconde cristallisation, plus solide que la première, et plus durable car, dans ce domaine, contrairement au proverbe, les absents ont toujours raison. L'être aimé vous eût-il dit adieu à jamais, vous eût-il accablé des plus grandes cruautés, on ne parvient pas à lui être infidèle, on est d'autant plus enchaîné charnellement à lui qu'il est invisible.
Jean Dutourd ; Le séminaire de Bordeaux (1987)
Combien d'adieux en amour amènent de retours !
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)
Il est des heures où le mot adieu retentit en nous comme le glas funèbre et où la tombe paraît s'entrouvrir sur nos pas, ce sont les heures où le doute nous poursuit et où l'espérance nous abandonne.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Adieu, ma belle, ma bonne, ma chère mère ; aime-moi toujours beaucoup plus que je ne mérite, ce sera encore beaucoup moins que je ne t'aime.
Stanislas de Boufflers ; Les lettres à ma mère sur la Suisse (1770)
Adieu, mon cher enfant ; je compte les jours jusqu'au moment de vous voir ; je compterai bientôt les heures et enfin les minutes avec une impatience qui ira croissant.
Philip Dormer Stanhope ; Lettre à son fils Philippe Stanhope, le 13 juin 1751.
Je n'ai joué qu'une seule fois à New York, j'y ai fait mes adieux.
Raymond Devos ; Rêvons de mots (2007)
Adieu paniers, vendanges sont faites.
François Rabelais ; Gargantua, XXVII (1534)
Plus courte est la chanson d'adieu, plus vite on est parti.
Michel Sardou ; La chanson d'adieu (1972)
Adieu à l'audace, si vous ne voyez que des maux devant vous.
Sénèque ; Les lettres à Lucilius, LXXXII - env. 64 ap. J.-C.
C'est dans le dernier adieu qu'est la difficulté du dernier voyage.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)

Thèmes de rubriques en rapport :