Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur politique

Ce dictionnaire contient 143 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot politique. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur politique issus des quatre coins du monde :

La politique est mon seul plaisir. Vous comprenez, de nos jours, il est mal vu de flirter avant quarante ans ou d'être romantique avant quarante-cinq ans, et nous autres pauvres femmes de moins de trente ans, ou du moins qui le prétendons, n'avons pas d'autre choix que la politique ou la philanthropie. Or la philanthropie me paraît être devenue le refuge de ceux qui ont envie d'ennuyer leurs prochains. Je préfère la politique. Je pense qu'elle est plus... seyante.
Oscar Wilde ; Les aphorismes et pensées (1854-1900)
La vérité est une chose des plus compliquées, la politique une affaire des plus compliquées. Il est difficile de saisir tous ces rouages. On peut avoir certaines obligations envers des gens, dont il faut s'acquitter. En politique, tôt ou tard, il faut faire des compromis. Tout le monde en fait.
Oscar Wilde ; Les aphorismes et pensées (1854-1900)
En politique et en affaires, il n'y a pas d'amis. Celui qui vous apporte une idée est votre ami ; celui qui vous fait faire une sottise, un ennemi !
Alexandre Weill ; Le petit trésor d'esprit (1874)
La politique est inséparable de l'histoire : le présent n'est que du passé accumulé.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La petite politique a ses questions qu'elle impose, la grande ne connaît que celles qui s'imposent d'elles-mêmes.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
On peut juger des progrès de la politique et de la religion dans une société à la profondeur des divisions qu'elles produisent.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Deux choses, la politique et le besoin d'argent, aujourd'hui dominent tout, et le plus souvent les deux n'en font qu'une.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Toute opinion politique est doublée d'un intérêt, et l'habit ne dure pas plus que sa doublure.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Sur le marché politique, le riche se vend aussi bien que le pauvre ; seulement il se paie plus cher.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
L'honnêteté politique est une condition que tous les partis imposent à leurs adversaires.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
En politique tout est piédestal ou tribune, même un tas de fumier.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La politique a des spécifiques qui ne soulagent les maux présents qu'en altérant la santé pour toujours.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
En politique, comme en amour, le seul moyen de ne pas manquer à ses promesses est de n'en pas faire.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
L'éloquence politique a ses variétés : charlatans qui amusent, déclamateurs qui ennuient, beaux diseurs qui charment, et tribuns qui font peur.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Le bien que nous pouvons penser de nos amis politiques est en raison du mal qu'en disent nos ennemis.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Rien n'est désintéressé en politique, pas même la vertu : on est toujours vertueux contre quelqu'un.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
L'homme naïf fait de la politique en philosophe, l'ambitieux de la philosophie en politicien.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Le jeu de la politique est fait tour à tour de défaites honorables et de honteuses victoires.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Pour beaucoup, la politique est un moyen de se faire des revenus sans mise de fonds et une profession sans apprentissage.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
À en juger par ses élus, la politique n'est pas moins aveugle que la fortune ou l'amour.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La politique est le premier des arts et le dernier des métiers.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Quand on a l'esprit tranchant et l'humeur solitaire, ou ne se fait pas député.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
La politique est une passion sérieuse comme l'amour, qui prend tout le temps et toutes les forces de celui qui s'y livre.
Jean Dutourd ; La grenade et le suppositoire (2008)
Une assemblée politique est une espèce de bal masqué où les mauvaises passions se déguisent sous le masque des vertus.
Goswin de Stassart ; Les pensées et maximes (1780-1854)
En politique, l'homme qui parle est l'ennemi naturel de celui qui écoute.
Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)
Il en est de la politique comme de l'amour. Ce n'est pas parce que quelqu'un vous fait du bien, vous honore, vous donne la dignité et l'aisance, vous comble de soins qu'on l'aime. J'allais écrire que le peuple français est semblable à une femme, mais il est plutôt un homme, préférant à tout coup une coquine qui lui en fait voir de toutes les couleurs, le trompe et le met sur la paille, à une bonne fille dévouée, fidèle, sérieuse, indulgente, économe.
Jean Dutourd ; Les pensées et réflexions (1990)
On a pour l'ami politique des indulgences qu'on n'aurait pas pour un ami ordinaire, on ferme les yeux sur ses pires coquineries, on se compromet pour le tirer de situations embarrassantes, on l'absout de ses défauts de caractère, voire de ses vices et de ses lâchetés ; on partage avec lui ce trésor inestimable qu'est une conformité d'idées et de buts grâce à quoi il n'y a jamais de temps mort dans la conversation, jamais d'ennui dans une liaison.
Jean Dutourd ; La trilogie française (1997)
La difficulté de l'art politique pour un homme de lettres est la nécessité de répéter les mêmes choses jusqu'à plus soif, car il faut faire entrer certaines notions dans la tête des auditeurs. Ceux-ci n'écoutent pas ou n'écoutent qu'à moitié : ils ne se donnent pas la peine de comprendre, et quand ils ont enfin compris ils s'empressent d'oublier. Les murailles de leur entendement ne tombent qu'au trentième ou au quarantième rabâchage.
Jean Dutourd ; Les pensées et réflexions (1990)
Rien ne contribue davantage à envenimer les questions, à aggraver les situations, à fausser les esprits, qu'une politique bâtarde, sans dignité et sans suite, qui ne sait pas ce qu'elle veut, parce qu'elle n'ose jamais vouloir.
Louis-Napoléon Bonaparte ; Les œuvres de Napoléon III (1854-1869)
Ceux qui jouent aux prophètes en politique sont toujours punis, surtout s'ils ont raison, c'est-à-dire s'ils tirent des conclusions qui ont l'allure surprenante et saugrenue de la vérité. On les prend pour des farceurs, pour des rêveurs.
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1965)
Un homme politique qui dit au peuple des choses que le peuple ne peut pas comprendre se met au-dessus du peuple. C'est un homme politique qui méprise le peuple.
Jean Dutourd ; Le fond et la forme (1965)
La politique est une chose cruelle parce que, tôt ou tard, les notions d'honneur, de loyauté, de justice, cèdent la place aux mathématiques.
Jean Dutourd ; La grenade et le suppositoire (2008)
La politique est comme le commerce, il faut la faire en grand pour qu'elle intéresse.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Les partis politiques ont une façon élégante d'accepter les défaites qui est insupportable. Les partis politiques appartiennent à la catégorie des cocus « talon-rouge » faisant contre mauvaise fortune bon cœur, ne se permettant pour exprimer leur douleur que des sourires d'une mélancolie distinguée.
Jean Dutourd ; Le septennat des vaches maigres (1984)
La liberté politique bien analysée est une fable convenue imaginée par les hommes qui gouvernent pour endormir les gouvernés.
Napoléon Bonaparte ; Les maximes et pensées (1769-1821)
En politique, la seule honnêteté possible est peut-être l'illusion.
Albert Guinon ; Le Figaro, le 6 juin 1908.
Tout l'art du politique consiste à adhérer aux parois tout autant qu'aux paroisses.
Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)
Je vomis les politiques gominés d'importance qui multiplient les interviews.
Alexandre Jardin ; Française (2020)
La sincérité n'a pas toujours plein cours en politique.
Samuel Ferdinand-Lop ; Nouvelles, pensées et maximes (1969)
En politique, on fait souvent beaucoup de bruit pour rien : autant alors en emporte le vent.
Samuel Ferdinand-Lop ; Nouvelles, pensées et maximes (1969)