Mon poeme.fr
Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Les citations sur maîtresse.

2 — Les 57 citations et pensées sur maîtresse. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur maîtresse :

Ne prenez pas votre maîtresse trop bas, elle peut devenir votre femme si facilement.

Paul Courty - Les poésies et pensées (1894)

La difficulté que nous éprouvons à nous débarrasser d'une maîtresse est généralement en raison directe de la difficulté que nous avons éprouvée à l'avoir.

Paul Courty - Les poésies et pensées (1894)

Le christianisme, la chevalerie, le roman moderne ont créé la maîtresse ; ils ont rendu la femme mariée impossible.

Alexis Chavanne - Les pensées humaines (1897)

Qu'est-ce qu'une maîtresse charmante ? Une femme qui a toutes les qualités qui l'empêchent d'être une épouse convenable.

Alexis Chavanne - Les pensées humaines (1897)

Les femmes ont ceci d'admirable qu'elles savent se rendre maîtresses de leurs souvenirs ; selon qu'il leur plaît, elles se souviennent des parties de loto qu'elles jouaient avec leur cousin dans leur plus tendre enfance, ou elles oublient ce qu'elles ont fait ou promis la veille. C'est un avantage que nous n'avons pas, nous autres hommes. La nature ne nous a pas donné l'oubli à discrétion.

Victor Cherbuliez - Prosper Randoce (1867)

Un cœur plein d'un sentiment qui déborde aime à s'épancher ; du besoin d'une maitresse naît bientôt celui d'un ami.

Jean-Jacques Rousseau - Émile, ou De l'éducation (1762)

Je préfère des maitresses obscures, à qui on offre des pendants d'oreilles en chrysocale, qu'on peut quitter sans façons le jour où les yeux et le cœur sont las, que de m'attacher.

Victor Cherbuliez - Après fortune faite (1896)

Quand on estime sa maîtresse, on la quitte. Quand on estime sa femme, on se rapproche d'elle !

Alexandre Weill - Le petit trésor d'esprit (1874)

Une maîtresse est une prisonnière qui ne vous lâche pas !

Alexandre Weill - Le petit trésor d'esprit (1874)

Un vieillard qui s'amuse à entretenir ses maîtresses est aussi fou qu'un aveugle qui ferait emplette de lunettes.

Axel Oxenstiern - Les réflexions et pensées (1645)

Une jeune fille qui repousserait l'idée d'être la deuxième femme d'un homme veuf, prendra pour mari un viveur qui s'est affiché avec dix maîtresses.

Gustave Vapereau - L'homme et la vie (1896)

La maîtresse est une vieille peau qui paie richement ses amants.

Jean Dutourd - Le spectre de la rose (1986)

Être éloigné à table petit à petit de la maîtresse de la maison, c'est monter en grade dans son amitié.

Anne Barratin - Chemin faisant (1894)

Être la maîtresse d'un malfaiteur n'est pas la même chose que d'être sa complice.

Jean Dutourd - L'assassin (1993)

À quoi bon avoir plusieurs maîtresses ? Pour se les représenter chacune, avec d'autres, dans les mêmes postures qu'elles ont avec soi ? Une seule suffit.

Paul Léautaud - Les propos d'un jour (1947)

Il ne faut jamais vivre en commun avec sa maîtresse, c'est une grande sottise ! Après cela, on a toutes les peines possibles à s'en débarrasser, et si enfin on se décide à la quitter, il faut toujours se résoudre à faire l'abandon de son mobilier.

Paul de Kock - Une femme à trois visages (1860)

Qu'est-ce qu'une maîtresse ? C'est une femme auprès de laquelle on ne se souvient plus de ce qu'on sait par cœur, c'est-à-dire de tous les défauts inhérents à son sexe.

Jean-Étienne-Judith Forestier - Les leçons d'orthographe corrigées (1803)

Un homme de 40 ans peut tranquillement parader au bras d'une maîtresse de 25 alors que, dix ans plus tôt, on l'aurait traité de pédophile.

Grégoire Lacroix - Le penseur malgré lui (2012)

Victime d'un retour de flamme conjugal, ma maîtresse est rentrée dans l'ornière légale.

Georges Brassens - Journal et autres carnets inédits (2014)

Le jour où la maîtresse a été enceinte, c'est comme si toute la classe avait été cocue.

Frédéric Dard - Les pensées de San-Antonio (1996)

Les maîtresses sont plus jalouses des légitimes que les légitimes des maîtresses.

Frédéric Dard - Du sirop pour les guêpes (1960)

Comme mère une femme réelle, calme, permanente, et, s'il était possible, inusable ; comme maîtresse, un semblant de femme, très intense, tout à fait instantanée et parfaitement illusoire, un succube qui ne puisse être ni désillusionnant ni désillusionné.

Edmond Thiaudière - La soif du juste (1895)

Le mariage confond l'amante et la maîtresse dans un seul personnage qui est l'épouse.

Ernest Legouvé - Histoire morale des femmes (1848)

Aimer, c'est prendre l'esprit de sa maîtresse et penser d'après elle ; c'est voir par ses yeux, sentir par son cœur ; en un mot, aimer c'est changer de naturel et devenir tout ce qu'elle est.

François-Joachim de Pierre de Bernis - Le petit livre de l'amour (1854)

Le sage entre deux partis est comme l'homme entre deux maîtresses, bientôt pelé.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

Une maîtresse a toujours des vertus aux yeux de l'imagination.

Francis Bacon - Les essais (1625)

Jeune femme encore maîtresse de ton cœur, crains de chercher le bonheur avec celui qui ne cherche que le plaisir.

Cécile Fée - Les maximes et pensées (1832)

La jalousie, la vengeance, le mépris même de ma maîtresse, me prouvent son amour ; elle s'occupe toujours de moi ; elle m'aime encore, mais si elle m'oublie, j'ai tout perdu, elle ne m'aime plus.

Sylvain Maréchal - Le dictionnaire d'amour (1788)

Amant, étudie le caractère de ta maitresse, de cette science dépend ta liberté ou ton bonheur.

Sylvain Maréchal - Le dictionnaire d'amour (1788)

Le mérite obtient rarement quand l'intrigue a pour providence la maîtresse d'un homme en crédit.

Pierre-Claude-Victor Boiste - Le dictionnaire universel (1843)

La femme d'un charbonnier est plus respectable que la maîtresse d'un prince.

Jean-Jacques Rousseau - Les pensées d'un esprit droit (1826)

Si l'on est plus fidèle à une maîtresse qu'à une femme, c'est parce qu'on doit les faveurs de l'une au devoir, à la contrainte et à l'habitude, et celles de l'autre au sentiment et à la liberté.

Adolphe Ricard - L'amour, les femmes et le mariage (1857)

Les femmes sont nos maîtresses dans la jeunesse, nos compagnes dans l'âge mûr, et nos nourrices dans la vieillesse. On a donc à tout âge des raisons de se marier.

Francis Bacon - Les essais (1625)

Une femme qui n'est pas une bonne femme pour son mari est rarement une bonne maîtresse.

Pierre-Jules Stahl - L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Il faut respecter sa maîtresse en public et l'aimer en particulier.

Pierre-Jules Stahl - L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Les femmes sont passées maîtresses en fait d'oubli, elles oublient tout, hormis elles-mêmes.

Pierre-Jules Stahl - L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

L'homme qui fait profession de préférer pour maîtresse une femme mariée à une femme libre, est un goujat ; et la femme qui se prête sciemment à cet ignoble calcul est une misérable.

Pierre-Jules Stahl - L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Vous avez une maîtresse charmante. C'est un sylphe, c'est un papillon, elle a des ailes et s'envole ! — Dans une heure d'oubli, vous entamez une liaison avec une femme qui ne vous convient d'aucune façon. Vous en avez pour la vie ! Cette femme est un de ces anges de plomb qui passeraient l'éternité aux pieds d'un homme sans lui jamais donner le plus petit prétexte de se séparer d'elles. N'y a-t-il donc d'affections durables et de femmes fidèles que celles dont on a par-dessus les yeux et qu'on exècre ?

Pierre-Jules Stahl - L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

L'habitude est une violente et traîtresse maîtresse d'école ; elle établit peu à peu chez nous le pied de son autorité, et ce qui est hors des gonds de l'habitude nous paraît hors des gonds de la raison.

Louis-Philippe de Ségur - L'habitude (1816)

La fortune, comme une maîtresse, plus elle nous accorde, plus on lui demande.

Manon Roland - Lettre à Henriette, le 21 mai 1777.

Telle maîtresse, tel amant.

Madeleine de Puisieux - Les caractères (1751)

Nous ne pardonnons à une maîtresse de nous avoir ennuyé de son amour que si elle nous débarrasse d'elle sans nous remplacer.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Toute maîtresse qui présente son amant à un de ses amis, à elle, entend bien le présenter à un espion. Il en est de ces espions-là comme des gendarmes : on n'y pense que lorsqu'on a envie de se sauver, et c'est trop tard.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Une maîtresse voit dans l'ami intime de son amant presque toujours son pire ennemi, à moins qu'elle n'y trouve un nouvel amant.

Paul Bourget - La physiologie de l'amour moderne (1889)

Brune, c'est le nom qu'une femme blonde donne à la maîtresse présumée de son mari.

Alphonse Karr - Les guêpes (1839-1849)

Surtout soyez de vous la maîtresse et la dame, faites, s'il est possible, un miroir de votre âme, qui reçoit tous objets, et tout content les perd ; fuyez ce qui vous nuit, aimez ce qui vous sert.

Mathurin Régnier - Satire XIII, Macette (1604)

L'épithète doit être la maîtresse du substantif, jamais sa femme légitime.

Alphonse Daudet - Les notes sur la vie (1899)

Maîtresse - Je préfère les femmes d'amis aux autres : comme ça, on sait à qui on a affaire.

Alphonse Allais - À se tordre, Le palmier (1891)

À partir d'un certain âge, nos amours, nos maîtresses sont filles de notre angoisse.

Marcel Proust - Albertine disparue (posthume, 1927)

L'homme vraiment bien élevé vit chez sa maîtresse et meurt chez sa femme.

Henry Becque - La jeune Belgique (1884-1885)

Entre hommes, on ne se complimente que sur ses maîtresses.

Sacha Guitry - Désiré (1927)

On n'aime passionnément sa maitresse que quand elle est la femme d'un autre.

Delphine de Girardin - Les lettres parisiennes, le 6 septembre 1839.

Quiconque est fidèle à l'amour est infidèle à sa maitresse.

Arsène Houssaye - Les femmes comme elles sont (1858)

Ironie ! l'infidélité à la lèvre, l'homme demande à sa maîtresse la fidélité.

Anne Barratin - De vous à moi (1892)

Un cœur tout neuf, une aimable maîtresse ; durant le jour mille désirs, durant la nuit mille plaisirs.

Évariste de Parny - À M. De Fontanes.

Tout amoureux, de sa maîtresse, sur son coeur ou dans son tiroir, possède un gage qu'il caresse aux jours de regret ou d'espoir.

Théophile Gautier - Diamant du cœur, Émaux et Camées (1852)

Ô ma belle maîtresse, faisons-nous des amours qui n'aient pas de vieillesse.

Alfred de Musset - À George Sand - III.

3 — Les rubriques de citations et synonymes en rapport :

Le maître » L'élève »
Top