Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations sur étouffer.

Les 54 pensées et citations sur étouffer :

L'avenir sans joie m'oppresse et m'étouffe. Quelle chose terrible que l'infanticide de l'espérance ! J'entrevois aussi ce que doit être le supplice des remords, le feu qui ne s'éteint point, le ver qui ne meurt point.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 19 février 1872.

Il y a des intelligences qui ont besoin d'une sphère supérieure pour donner leur juste mesure, et qui sont comme étouffées et à l'étroit dans une sphère secondaire.
Benoît Champy - Œuvre : Les pensées et réflexions philosophiques (1872)

Celui qui a la force de se corriger ne se contente pas d'étouffer un défaut, il veut arriver à pratiquer la vertu contraire : le dévouement et la générosité ne sont parfois que de l'égoïsme dompté.
Diane de Beausacq - Œuvre : Les pensées et maximes de la vie (1883)

Étouffe ta colère, et ne t'aveugle pas quand la raison t'éclaire.
Jean-Baptiste Rousseau - Œuvre : Les filets de Vulcain, Cantate XI (1729)

N'étouffez jamais une pensée et une parole sous prétexte qu'elle vous contrarie. Ne sifflez jamais des idées. Respectez scrupuleusement la liberté de la pensée. Ne faites pas surtout de censure préventive en couvrant par vos clameurs une voix qui a droit de se faire entendre au milieu de vous.
Edmond de Pressensé - Œuvre : La jeunesse et la liberté (1862)

La crédulité est une mère que sa propre fécondité étouffe tôt ou tard.
Pierre Bayle - Œuvre : Le dictionnaire historique et critique (1697)

En étouffant les plaintes on ne guérit pas les maux.
Louis-Napoléon Bonaparte - Œuvre : Les œuvres de Napoléon III (1854-1869)

L'amour est capable d'étouffer toutes les lumières de l'esprit ; et ce qui parait le plus juste et le plus certain, est toujours ce qui plaît à l'objet qu'on aime.
Abbé Antoine Prévost - Œuvre : Les pensées et maximes (1697-1763)

La pensée sans poésie c'est comme un paysage sans ciel : on y étouffe.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Grains de mil (1854)

Que de bonnes pensées notre cœur rend inutiles ! Que de bons sentiments étouffe notre esprit ! Que d'obstacles notre caractère fait naître sous nos pas ! Que de chances heureuses échappées grâce aux défaillances de notre volonté ! Et puis que de temps perdu à quereller les hommes et les dieux de nos mécomptes !
Louis Joseph Mabire - Œuvre : Le dictionnaire de maximes (1830)

Le monde n'est pas fait de bouillie et de marmelade, vivez donc pas en fainéants : il y a de durs morceaux à mâcher ; il faut que l'on étouffe ou qu'on les digère.
Johann Wolfgang von Goethe - Œuvre : Les maximes et réflexions (1749-1832)

Un premier amour jette dans le cœur de profondes racines qui étouffent jusqu'aux germes des sentiments antérieurs.
Auguste Villiers de l'Isle-Adam - Œuvre : Les demoiselles de Bienfilâtre (1874)

C'est une chose si douloureuse de garder tout en soi, précisément peut-être parce que cela étouffe.
Stefan Zweig - Œuvre : Amok ou Le fou de Malaisie (1922)

Les cris du riche se font facilement entendre, tandis que les gémissements du peuple sont étouffés par la misère.
Gabriel Sénac de Meilhan - Œuvre : Les considérations sur les richesses et le luxe (1787)

Les enfants sont charmants, mais on devrait par pitié les étouffer avant qu'ils atteignent l'âge de raison.
Maxime Du Camp - Œuvre : Les mémoires d'un suicidé (1853)

La paresse de l'esprit et du corps est un vice que les hommes surmontent bien quelquefois, mais qu'ils n'étouffent jamais.
Denis Diderot - Œuvre : Les pensées philosophiques (1746)

Le temps étouffe la timidité dans les cœurs.
Eschyle - Œuvre : Les fragments - Ve s. av. J.-C.

La foule étouffe tout individu qu'elle ne porte point sur un pavois.
Edmond Thiaudière - Œuvre : La soif du juste (1895)

La tombe seule étouffe notre vanité, à moins qu'elle ne la monumente.
Edmond Thiaudière - Œuvre : La décevance du vrai (1892)

Quand on n'aime ni la peine inutile ni le temps perdu, on doit étouffer promptement une chicane, car les procès dévorent la vie, surtout les procès domestiques qui eux, n'aboutissent guères ou jamais.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

C'est le malheur de ceux qui forcent leur nature, ou qui l'étouffent, de ne plus comprendre chez les autres les sentiments naturels et spontanés.
Mary Alsop King Waddington - Œuvre : Jeanne de Vaudreuil (1850)

La volonté commande aux actes, non aux sentiments. Elle peut résister à nos passions ; elle ne peut, ni les éveiller, ni les étouffer. Elle peut les rendre moins impérieuses en changeant nos habitudes.
Eugène Marbeau - Œuvre : Les remarques et pensées (1901)

Étouffe ton ressentiment plutôt que de révéler les turpitudes de ta famille.
Simon de Bignicourt - Œuvre : Les pensées et réflexions philosophiques (1755)

J'ai travaillé toute ma vie à contenir mon âme, à comprimer mes désirs, à étouffer mon cœur, à me faire impassible ? Hélas !
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1821-1881)

Prétendre éteindre les désirs par la jouissance, c'est vouloir étouffer le feu avec de la paille.
Pierre-Claude-Victor Boiste - Œuvre : Le dictionnaire universel (1843)

Etouffer, ou engourdir la douleur ; la rendre inoffensive comme un serpent familier.
Alfred de Vigny - Œuvre : Journal d'un poète (1835)

Rien de plus propre à étouffer l'orgueil qu'une parfaite connaissance des vices et des défauts qu'il renferme en lui-même : nous n'avons qu'à nous bien persuader de notre misère et de notre néant, et il ne prendra jamais racine dans notre esprit.
David Augustin de Brueys - Œuvre : Les amusements de la raison (1721)

L'isolement m'étouffe, il m'ôte tout entrain à la vie.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 19 mai 1870.

La cendre étouffe ma flamme, parce que ma flamme n'a rien à consumer. J'aurais besoin d'aimer ; toutes les voix de la jeunesse chantent encore dans mon sein ; je crois à l'amour, à la femme, à la vertu ; je n'ai perdu aucun enthousiasme, je n'ai usé aucun sentiment.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 30 janvier 1854.

J'ai étouffé plus d'un amour naissant. Pourquoi ? Parce qu'avec cette sûreté prophétique de l'intuition morale, je le sentais peu viable et moins durable que moi. Je l'ai étouffé au profit futur de l'affection définitive. Les amours des sens, de l'imagination, de la sensibilité, je les ai pénétrés et rejetés, je voulais l'amour central et profond.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Les fragments d'un journal intime (1852)

Les thèmes de citations et de synonymes en rapport :