Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Les citations et phrases sur le malheur (2).

Les citations d'auteurs et de poètes célèbres :

Le malheur s'attache à certaines personnes, comme le lierre à certains arbres.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : Les pensées et réflexions diverses (1841)

Quand on s'apitoie sur le malheur des autres, c'est souvent plutôt pour soi que pour autrui, et parce qu'on craint de se trouver en pareille passe.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : Les pensées et réflexions diverses (1841)

L'homme sensible s'apitoie aisément sur le malheur des autres.
Pierre-Jules Stahl - Œuvre : Les pensées et réflexions diverses (1841)

Le malheur est à l'art ce que le fumier est à la culture maraîchère.
Frédéric Dard - Œuvre : Moi, vous me connaissez ? (1995)

Voyez-vous, il y a des gens qui portent bonheur, d'autres qui portent malheur. S'il fallait me ranger dans l'une ou l'autre catégorie, ce serait certainement dans la seconde.
Frédéric Dard - Œuvre : Des dragées sans baptême (1972)

Le malheur se lasse, le souffle des vents orageux n'a pas toujours même violence.
Euripide - Œuvre : Hercule furieux - Ve s. av. J.-C.

Malheur aux débonnaires, car chacun marche sur eux comme sur un tapis.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 7 juillet 1874.

Pour qu'une plaisanterie soit agréable, il faut qu'elle ne soit jamais longue, et qu'elle soit parfaitement innocente. Plaisanter sur le malheur des autres, c'est pitoyable !
Félicité de Genlis - Œuvre : Les pensées et maximes détachées (1801)

Le malheur ne passe jamais indifférent sur une âme, il la brise ou il la bronze.
Eugène Marbeau - Œuvre : Les remarques et pensées (1901)

Le soupçon d'un malheur incertain fait souvent une impression plus funeste que la certitude d'un malheur arrivé.
William Shakespeare - Œuvre : Cymbeline (1609)

Quand la vertu succombe aux griffes du malheur, il doit gémir, le cœur qui fut toujours tenu pour généreux.
Euripide - Œuvre : Alkestis - Ve s. av. J.-C.

Si les hommes s'aimaient, ils se préserveraient les uns les autres de beaucoup de malheurs.
Pierre-Claude-Victor Boiste - Œuvre : Le dictionnaire universel (1843)

Le malheur est souvent la punition de l'intempérance.
Pierre-Claude-Victor Boiste - Œuvre : Le dictionnaire universel (1843)

Le malheur ne sortira jamais de la maison de celui qui rend le mal pour le bien.
Jean Baptiste Blanchard - Œuvre : Les maximes de l'honnête homme (1772)

Les plus grands malheurs sont causés par la langue.
Citation orientale - Œuvre : Les apologues et contes orientaux (1784)

Une méfiance trop marquée attire souvent elle seule les malheurs dont on cherche à se garantir.
Stanislas Leszczynski - Œuvre : Le philosophe bienfaisant (1764)

Il est des malheurs si grands, qu'il n'est au pouvoir d'aucune circonstance étrangère de l'adoucir.
Sophie Cottin - Œuvre : Malvina (1800)

Les malheurs resserrent les liens du cœur.
Adrien Destailleur - Œuvre : Les observations morales, critiques et politiques (1830)

Les malheurs de mon ami sont les miens.
Claudine Guérin de Tencin - Œuvre : Le règne d'Édouard II d'Angleterre (1776)

Les plus désagréables des malheurs sont ceux dont on ne peut s'en prendre à personne.
Alphonse Karr - Œuvre : Am Rauchen (1842)

Les malheurs d'amour doivent être remplacés par les bonheurs d'écriture.
Jean Cocteau - Œuvre : Les lettres à Pierre Borel (1951-1963)

Il y a quelque charme à déplorer ses malheurs quand ceux qui nous entendent doivent partager nos larmes.
Eschyle - Œuvre : Prométhée enchaîné - Ve s. av. J.-C.

Toujours le malheur engendre des malheurs plus grands.
Sénèque - Œuvre : La Troade - env. 60 ap. J.-C.

On appréhende toujours de s'approcher du lieu où il arrivé un malheur.
Adolphe d'Houdetot - Œuvre : Dix épines pour une fleur (1853)

Il ne faut demander au malheur que d'être inévitable.
Adolphe d'Houdetot - Œuvre : Dix épines pour une fleur (1853)

Le malheur se supporte, mais l'ennui c'est autre chose.
Adolphe d'Houdetot - Œuvre : Une histoire invraisemblable (1847)

Un seul malheur peut produire vingt malheurs, par la solidarité des destinées.
Henri-Frédéric Amiel - Œuvre : Journal intime, le 29 octobre 1875.

Ne faites pas votre joie du malheur d'autrui.
Pierre-Claude-Victor Boiste - Œuvre : Le dictionnaire universel (1843)

Le malheur allonge la vie, le plaisir l'abrège.
Pierre-Claude-Victor Boiste - Œuvre : Le dictionnaire universel (1843)

On se rend ses malheurs bien amers en les aggravant par ses fautes.
Pierre Louis de Lacretelle - Œuvre : Les pensées et réflexions (1817)

Le plus grand malheur des femmes est celui de ne plus pouvoir plaire.
Sylvain Maréchal - Œuvre : Le dictionnaire d'amour (1788)

Il est peu de malheurs assez grands pour qu'ils n'aient leurs consolations.
François-Rodolphe Weiss - Œuvre : Les principes philosophiques et moraux (1785)

On s'accoutume à ses malheurs, on ne peut s'accoutumer à ceux de ses amis.
Bernard Fontenelle - Œuvre : Les pensées et réflexions (1757)

Attendez avec fermeté le malheur qui peut vous arriver, envisagez-le à face découverte, voyez-le dans toutes les circonstances les plus terribles, et ne vous en laissez pas accabler.
La marquise de Lambert - Œuvre : L'avis d'une mère à sa fille (1728)

On vit heureux tant qu'on ignore son malheur.
Publilius Syrus - Œuvre : Les sentences et adages - Ier s. av. J.-C.

On insulte le malheur en se montrant avare de secours et prodigue de conseils.
Jean-Napoléon Vernier - Œuvre : Les fables, pensées et poésies (1865)

Un malheur, quelque grand qu'il soit, donne du ressort à l'énergie et trempe la fermeté ; mais une longue suite d'infortunes rouille le courage, et le change en résignation.
Pierre-Marc-Gaston de Levis - Œuvre : Les maximes et préceptes (1808)

Les deux plus grands malheurs sont la perte des êtres qu'on aime, et la perte du repos de sa conscience.
Louis-Philippe de Ségur - Œuvre : Le malheur (1816)

Le malheur est une chose sacrée ; on ne devrait permettre qu'à la bienveillance et à l'amitié d'approcher des malheureux pour adoucir leurs peines ; il faudrait surtout éloigner l'infortune des regards de l'envie, car le malheur d'autrui est la seule volupté de l'envieux.
Louis-Philippe de Ségur - Œuvre : Le malheur (1816)

Qui se donne le loisir de penser à son malheur la pensée en adoucit peu à peu l'amertume.
Sénèque - Œuvre : Les fragments - Ier siècle.