Les citations noblesse

Ce dictionnaire contient 66 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot noblesse. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur noblesse issus des quatre coins du monde :

La meilleure marque de noblesse est de s'aimer tel qu'on fut jeune, de rester fidèle aux illusions à travers lesquelles on découvrit d'abord la vie.
Ernest Renan ; Les feuilles détachées (1891)
Avoir une mère vertueuse et un père honnête homme, il n'est pas de noblesse supérieure à celle-là. Sans père, point de famille, car c'est le père qui donne son nom à l'enfant. Un enfant illégitime n'a pas de nom.
Alexandre Weill ; Si j'avais une fille à marier (1860)
Il y a autant de noblesse à obliger sans promettre que de bassesse à promettre sans effet. Le fou s'engage sans discernement, le sage ne s'oblige qu'à ceux qui le méritent.
Axel Oxenstiern ; Les réflexions sur les promesses (1652)
La vie humaine est belle parce qu'elle est condamnée à finir. Si elle ne finissait pas sur terre, cela tournerait peut-être à je ne sais quoi d'ignoble. Telle qu'elle est, elle a la noblesse d'une chose sacrifiée.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
L'orthographe est une chose de progrès aussi fondamentale que le suffrage universel et l'accession à la petite propriété. Elle n'a pas seulement élevé les petites gens au-dessus des seigneurs d'autrefois, elle leur a donné une vertu que ceux-ci ne possédaient pas ; elle leur a conféré la noblesse républicaine, qui ne se marque pas par des titres ou des particules, mais par une amélioration de l'esprit.
Jean Dutourd ; Le septennat des vaches maigres (1984)
Selon la noblesse ou la bassesse de l'âme, l'habileté devient qualité ou défaut.
Diane de Beausacq ; Les pensées et maximes de la vie (1883)
Fraîche beauté et antique noblesse n'ont que faire de parchemin.
Jean-Napoléon Vernier ; Les fables, pensées et poésies (1865)
Sagesse et noblesse ont un même rang, le cœur sans faiblesse est donc le plus grand.
Louis Belmontet ; Les pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)
La noblesse n'est souvent qu'une pauvreté vaine et ignorante qui se pique de mépriser tout ce qui lui manque.
François de Salignac de La Mothe-Fénelon ; Les réflexions et pensées (1720)
La noblesse du maître ennoblit le valet.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)
De jolies qualités sociales : rendre son argent gracieux, son intelligence endurante, sa noblesse accessible.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La douleur est comme la noblesse, elle n'accepte de comparaison qu'avec ses pairs.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La noblesse est un legs caduc pour celui qui n'y recueille qu’un vain titre et point de vertus.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
La noblesse du sang, la grandeur du courage, font avec le mérite un illustre assemblage.
Pierre Corneille ; Tite et Bérénice, II, 1 (1670)
Énarchie : Noblesse d'École.
Philippe Bouvard ; Bouvard de A à Z (2014)
Douleur et noblesse : Cette homme est bassement heureux. Ne te hâte pas de le plaindre. Il n'a sans doute que ce qu'il mérite. La douleur choisit ses amants.
Gustave Thibon ; L'échelle de Jacob (1942)
Critère de la noblesse : La noblesse d'un individu se reconnaît peut-être avant tout à l'hésitation et à la délicatesse avec lesquelles il cueille les joies qui s'offrent à lui. Il ose à peine. L'homme bas, lui, ose toujours. A la limite, il ne se sent que des droits.
Gustave Thibon ; L'échelle de Jacob (1942)
Les cœurs généreux et les belles âmes sont les vraies sources d'où jaillit la noblesse la plus appréciable, le mérite personnel.
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
Nous sommes dans un siècle où la noblesse intellectuelle sera bientôt considérée comme la vraie noblesse, et où la noblesse terrienne sera regardée comme roturière. Ô mobilité humaine !
Pierre-Jules Stahl ; Les pensées et réflexions diverses (1841)
L'Espagnol, vous ne l'ignorez pas, est fier de nature. C'est l'hidalgo, avec toute sa noblesse.
Frédéric Dard ; T'es beau, tu sais ! (1972)
S'il y a du faux dans l'origine des grandes noblesses, du moins il y a une sorte de fabuleux qui n'appartient qu'à elles, et qui devient lui-même un titre.
Bernard Fontenelle ; Les pensées et réflexions (1757)
La sérénité, la noblesse, la majesté sont devenues rares et introuvables ; parce que la vertu n'est plus une beauté mais un tourment, et qu'on met l'effort au dessus de la grâce.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
Il y a dans la vertu une noblesse, une élévation que les cœurs vils et rampants ne sauraient atteindre.
Jean-Baptiste Massillon ; Les maximes et pensées (1742)
La bourgeoise parvenue veut une dame de compagnie titrée. Républicaine, elle affirme ainsi la préséance de sa roture ; royaliste, elle se faufile dans la noblesse par la porte de service.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
La seule noblesse que puisse reconnaître l'égalité politique est celle des lumières, la seule qu'on ne doive point au hasard et qui ne soit jamais la compagne de la médiocrité. Je ferai remarquer ce bon sens chinois qui fait de mandarin et de lettré deux mots synonymes, ne concevant pas que celui qui est placé plus haut par ses connaissances puisse être mis plus bas par son rang, et que la sottise et l'immoralité doivent jamais commander au génie et à la vertu.
Jean-Baptiste Say ; Olbie (1800)
Une illustre origine met sur l'homme une empreinte puissante et le distingue de la foule, mais comme la noblesse du cœur rehausse encore la gloire de la naissance !
Euripide ; Les bacchantes - Ve s. av. J.-C.
Au lieu de porter leurs regards sur ce qu'ils seront un jour, combien de nobles, au contraire, et de nouveaux nobles surtout, les détournent même de ce qu'ils ont été et de ce qu'ils sont ! Ils aiment à se persuader et à faire croire aux autres, que leur noblesse est plus ancienne et plus illustre qu'elle ne l'est en effet ; ou s'ils ne peuvent se dissimuler une roture encore toute fraîche, ils cherchent à relever leur nouveau nom par une affectation d'orgueil et de hauteur, qui ne fait que mieux ressouvenir de ce qu'ils ont été : ils mettent la fierté à la place des titres, et par-là même ils font voir qu'ils ne sont rien moins que ce qu'ils affectent d'être. On n'est pas si ébloui de son élévation, quand on est né pour être grand. Les plus hautes places sont toujours au-dessus des grandes âmes ; rien ne les enfle, parce que rien n'est plus haut qu'elles.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La noblesse excité l'émulation dans les grandes âmes, et l'orgueil dans les petites. Un homme d'honneur cherche à se rendre digne de sa naissance, et n'en parle jamais ! Un sot croit qu'elle lui tient lieu do tout mérité, et il en parle toujours. La noblesse orne et embellit lé mérite quand elle se trouve jointe à la modestie et qu'on paraît l'oublier ; mais elle dépare et gâte celui qu'on a, lorsqu'on s'en souvient trop.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Si la noblesse est vertu, elle se perd par tout ce qui n'est pas vertueux ; et si elle n'est pas vertu, c'est peu de chose. Si vous n'êtes pas noble, méritez de l'être. Soyez honnête homme, généreux, ami du vrai, inviolable dans vos paroles, maître de vos passions ; on ne regardera point, pour vous donner son estime, si vous êtes gentilhomme.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
La noblesse donnée aux pères, parce qu'ils étaient vertueux, a été laissée aux enfants afin qu'ils le devinssent. Si l'équité demande que l'héritier des héros le soit de leurs distinctions et de leurs dignités, n'a-t-on pas droit d'exiger aussi qu'il fasse revivre leurs grandes qualités et leurs vertus ? La gloire finit où cesse le mérite.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)