Les citations rêver

Ce dictionnaire contient 74 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le verbe rêver. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur rêver issus des quatre coins du monde :

Le rêveur est un être qui ne peut trouver sa voie qu'à la clarté de la lune ; son châtiment, c'est de voir poindre le jour avant le reste du monde.
Oscar Wilde ; Les aphorismes et pensées (1854-1900)
Je t'aime à la folie. Je ne rêve que de toi, je ne pense qu'à toi, continuellement !
Alexandre Weill ; Les histoires de village (1860)
Plusieurs esprits aiment mieux rêver doucement que se fatiguer.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
L'être rêvant dans la nuit sereine trouve le merveilleux tissu du temps qui se repose.
Gaston Bachelard ; L'air et les songes (1943)
Avec les utopies sociales, les rêveurs font des idylles, et les révolutionnaires des drames.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
La fortune vient quelquefois en dormant, jamais en rêvant.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Rêver n'est pas penser. Rêver est l'action la plus immatérielle de l'esprit.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
On juge bien plus sûrement un homme d'après ce qu'il rêve que d'après ce qu'il pense. Il y a de la volonté dans la pensée, il n'y en a pas dans le rêve. Le rêve, qui est tout spontané, prend et garde, même dans le gigantesque et l'idéal, la figure de notre esprit. Rien ne sort plus directement et plus sincèrement du fond même de notre âme que nos aspirations irréfléchies et démesurées vers les splendeurs de la destinée. Dans ces aspirations, bien plus que dans les idées composées, raisonnées et coordonnées, on peut retrouver le vrai caractère de chaque homme. Nos chimères sont ce qui nous ressemble le mieux. Chacun rêve l'inconnu et l'impossible selon sa nature.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)
Rêve de grandes choses : cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites.
Jules Renard ; Le journal du 9 mai 1894.
Un esprit immobile est celui qui ne rêve que de nuit.
Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)
Rêver, c'est jeter la bride sur le cou de son désir ; c'est le voir s'agiter en tous sens, l'entendre rire autour de soi ; c'est le surprendre dans tous les coins de son cœur, dans tous les replis de sa pensée ; c'est oublier pour une heure les rancunes d'hier, les injustices du jour, les luttes du lendemain ; c'est rapprocher le possible de l'impossible, le fini de l'infini ; c'est visiter toutes les fantaisies et c'est n'aborder nulle part.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Un homme qui rêve, c'est généralement le feu qui commence à prendre à la maison.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Rêver, c'est prendre l'air dans l'infini.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
Aimer, rêver, sentir, apprendre, comprendre, je puis tout, pourvu qu'on me dispense de vouloir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 24 avril 1862.
Pour les rêveurs, la mer est un ciel un peu plus matériel, un peu plus abordable que le ciel d'en haut. Ce ciel d'en bas, ce miroir dans lequel le ciel d'en haut paraît contempler son éternelle beauté, est, comme lui, plein d'incertitudes et de mystères ; comme lui, il paraît infini ; comme lui, il semble recéler tout ce que nous ne savons pas.
Alphonse Karr ; L'esprit d'Alphonse Karr (1888)
Je rêvais, j'aimais, à la face du jour : je me sentais vivre.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Rêvé encore aux femmes. Une idée m'a traversé. Vers la fin de la vie, est-ce que les souvenirs des cœurs qui nous ont fait signe se présentent comme une douceur, comme une tristesse ou comme un remords ?
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 3 septembre 1860.
Je rêve souvent la solitude, au fond d'une campagne, au milieu des bois ; rêves de jeune homme qui ne durent guère, et s'envolent au sourire de la première espérance venue.
Maxime Du Camp ; Les forces perdues (1867)
Moi, je rêve si fortement, qu'il n'y a aucune lacune entre mes songes et ma vie.
Rémy de Gourmont ; Le château singulier (1894)
Le monde est de deux sortes : Celui dont nous rêvons, et celui qui est réel.
Paulo Coelho ; Le Zahir (2005)
J'aime mieux rêver que je fais l'amour avec la femme que j'aime que de faire l'amour avec une femme que je n'aime pas.
Paul Léautaud ; Le journal littéraire (1968)
On rêve souvent tout éveillé, et ces rêves-là sont toujours agréables parce qu'on les arrange à sa fantaisie.
Paul de Kock ; Monsieur Dupont ou La jeune fille et sa bonne (1824)
Toute ma vie j'ai ressemblé à ces gens qui sommeillent encore et veulent se lever ; ils rêvent qu'ils sont debout et restent endormis ; je suis un somnambule qui ne s'est jamais réveillé.
Maxime Du Camp ; Les mémoires d'un suicidé (1853)
Toute femme rêve une Iliade dont elle serait l'Hélène.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 25 juillet 1852.
Au flambeau de l'amour j'ai vu fondre mes ailes.
André Chénier ; Pourquoi de mes loisirs (Élégies)
Dors en pensant à moi ; rêve-moi près de toi.
André Chénier ; Ô lignes que sa main (Élégies)
Celui-là seul est heureux qui rêve le bonheur.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
Ce que l'on n'a pas, il suffit souvent de le rêver pour en jouir comme si on le possédait.
Eugène Marbeau ; Les remarques et pensées (1901)
La femme rêve toujours, elle rêve de ce qu'elle ignore, de ce qu'elle soupçonne, de ce qu'elle devine. Après le premier étonnement de la première étreinte, elle se reprend à rêver. Elle a lu, elle lit. À tout instant des phrases au sens obscur, des plaisanteries chuchotées, des mots inconnus entendus par hasard lui révèlent l'existence de choses qu'elle ne connaît point. Si d'aventure elle pose en tremblant une question à son mari, il prend aussitôt un air sévère et répond : « Ces choses-là ne te regardent pas. » Or elle trouve que ces choses la regardent tout autant que les autres femmes. Quelles choses, d'ailleurs ? Il en existe donc ? Des choses mystérieuses, honteuses, et bonnes, sans doute, puisqu'on en parle tout bas avec un air excité. Les filles, paraît-il, tiennent leurs amants au moyen de pratiques obscènes et puissantes. Quant au mari, qui les connaît bien, ces choses, il n'ose pas les révéler à sa femme dans le mystère du tête-à-tête nocturne, parce qu'une femme épousée c'est différent d'une maîtresse, sacrebleu ! et parce qu'un homme doit respecter sa femme qui est ou qui sera la mère de ses enfants. Alors comme il ne veut pas renoncer aux choses qu'il n'ose point faire légitimement, il va chez quelque impure et s'en donne.
Guy de Maupassant ; Préface de Celles qui osent (1883)
Il est bon de rêver longtemps, car les avantages dont la perspective lointaine nous sourit comme un mirage de bonheur, vus de près et touchés du doigt, peuvent faire fuir l'illusion et irriter le désir : Le bonheur le plus ardemment désiré, dit Pierre Leroux, quand il est obtenu, effraye l'âme de son insuffisance. Notre cœur est semblable au tonneau des Danaïdes que rien ne pouvait remplir.
Louis-Auguste Martin ; L'esprit moral du XIXe siècle (1855)