Les citations violence

Ce dictionnaire contient 85 citations et pensées d'auteurs célèbres français ou d'auteurs étrangers sur le mot violence. Si vous recherchez un proverbe, consultez nos meilleurs proverbes sur violence issus des quatre coins du monde :

Il n'y a point de violence ni d'usurpation qui ne s’autorise de quelques lois.
Vauvenargues ; Les réflexions et maximes (1746)
Mieux vaut se retirer dans la solitude que de se mêler à des gens épris de violence.
Julien Green ; Le journal intégral (1919-1940)
Intolérance pour tout acte de violence perpétré à l'encontre d'un enfant, d'une femme, d'un homme.
Raoul Vaneigem ; Pour l'abolition de la société marchande (2002)
Une des sottises de notre temps consiste à nier la violence, à ne pas l'admettre officiellement comme quelque chose d'inhérent à l'homme. Les gouvernements d'autrefois avaient très bien saisi cela, et ils pratiquaient la violence d'État, se disant avec sagesse que la violence légale, soigneusement dosée, entourée de l'appareil de la loi, est moins coûteuse que la violence anarchique des particuliers, lorsque leurs instincts se libèrent.
Jean Dutourd ; Le spectre de la rose (1986)
La sensibilité et l'imagination s'émeuvent de la violence des accidents, la raison n'est touchée que de leur nombre.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
Dans les révolutions, la raison ne triomphe pas sans la violence, mais la violence se passe très bien de la raison.
Gustave Vapereau ; L'homme et la vie (1896)
En morale comme en politique, les doctrines font plus peur que la violence.
Jean Dutourd ; Les pensées et réflexions (1990)
La violence n'est pas neuve dans le monde et dans son histoire. Nous en avons connu de plus massives. Mais rarement exploitées avec plus de ruse monstrueuse, rarement diffusées plus largement dans le monde et rarement plus cruelles.
Jean d'Ormesson ; Jean qui grogne et Jean qui rit (1984)
À coup sûr, c'est une femme qui a dû inventer ce joli mot : Douce violence.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
Le mariage, on y rentre par la douceur, on en sort par la violence.
Louis-Philippe de Ségur ; Le mariage (1816)
Nous sommes dans les nœuds de la violence et nous y étouffons. Que ce soit à l'intérieur des nations ou dans le monde, la méfiance, le ressentiment, la cupidité, la course à la puissance sont en train de fabriquer un univers sombre et désespéré où chaque homme se trouve obligé de vivre dans le présent, le mot seul d'« avenir » lui figurant toutes les angoisses, livré à des puissances abstraites, décharné et abruti par une vie précipitée, séparé des vérités naturelles, des loisirs sages et du simple bonheur.
Albert Camus ; La crise de l'homme (1946)
Quelque grande que soit la violence des flots qui battent le rocher, ils n'en sauraient arracher l'arbuste dont les racines se cramponnent aux entrailles du granit : quelque terribles que soient les vagues de l'infortune, elles ne sauraient non plus vous entraîner dans leur cours, si les leçons de la sagesse ont jeté dans votre cœur leurs puissantes racines.
Félix Bogaerts ; Les maximes, pensées et réflexions (1837)
On peut gouverner une société tranquille et régulière avec les seuls dons de l'esprit ; mais lors que la violence a remplacé le droit, et que la marche méthodique de la civilisation a été rompue, un homme d'État ne regagne le chemin qu'il a perdu qu'en prenant de ces grandes et subites résolutions que le cœur seul inspire.
Louis-Napoléon Bonaparte ; Les œuvres de Napoléon III (1854-1869)
La violence produit un épi de malheur qui ne fournit qu'une moisson de larmes.
Eschyle ; Les Perses - Ve s. av. J.-C.
On n'use de violence qu'à l'égard des entêtés qui refusent d'entendre raison.
Victor Cherbuliez ; Les profils étrangers (1889)
L'opinion est excédée des meurtres, des brigandages, de la violence et de la malhonnêteté qui sévissent de façon permanente. Elle supplie pathétiquement le pouvoir de la protéger ; celui-ci, en retour, ne lui adresse que des paroles édifiantes sur la compréhension et la pitié que l'on doit à ses bourreaux.
Jean Dutourd ; Le septennat des vaches maigres (1984)
La violence ouverte est reconnaissable. Aussi. bien des violences se déguisent-elles en un calme trompeur.
Robert Sabatier ; Le livre de la déraison souriante (1991)
Le plus décourageant dans les gouvernements démocratiques, c'est qu'ils sont composés de petites gens timorées, qui ne veulent pas avoir de sang sur la conscience. Ils déguisent cette pusillanimité sous de belles attitudes en expliquant qu'il ne faut pas répondre à la violence par la violence, parce que cela fait le jeu de la barbarie.
Jean Dutourd ; Scandale de la vertu (1997)
L'homme méchant livré par la violence de sa volonté et de ses désirs à des tourments intérieurs continus et dévorants, est réduit, quand la source de toutes les jouissances vient à tarir, à étancher la soif brûlante de ses désirs dans le spectacle des malheurs d'autrui.
Arthur Schopenhauer ; Les aphorismes sur la sagesse dans la vie (1886)
J'entends des gens me dire : « Je me suis fait une douce violence. » Moi, je n'en ai jamais connu de douce.
Anne Barratin ; Chemin faisant (1894)
La passion de la courtisane amoureuse a parfois la violence désolée d'un suicide.
Albert Guinon ; Le Figaro, le 6 mai 1911.
La violence a coutume d'engendrer la violence.
Eschyle ; Agamemnon - Ve s. av. J.-C.
Ordre : On recommande aux policiers de ne pas utiliser leur taser à bout portant. C'est la faiblesse de toutes les violences : Elles ne prennent jamais de recul.
Philippe Bouvard ; Mes dernières pensées sont pour vous (2017)
À force d'augmenter, les violences gratuites vont donner mauvaise presse au désintéressement.
Philippe Bouvard ; Mes dernières pensées sont pour vous (2017)
Le caprice, l'intrigue et la violence sont presque toujours d'infaillibles moyens de domination... voilà pourquoi le monde est si bien gouverné.
Goswin de Stassart ; Les pensées et maximes (1780-1854)
Dans beaucoup de couples, il existe une sorte de violence endémique, de terrorisme quand l'un tente d'imposer à l'autre son propre désir.
Jacques Salomé ; Vivre à deux (2004)
Il y a deux sortes de maladies des hommes : les unes involontaires et innocentes, les maladies du corps ; les autres volontaires, la méchanceté et la violence, qui rendent le malade coupable.
François de Salignac de La Mothe-Fénelon ; Socrate, Alcibiade et Timon (1712)
N'use jamais, envers personne, de violence et de mauvais traitements.
Théognis de Mégare ; Les sentences et maximes - VIe s. av. J.-C.
La fraude et la violence règnent aujourd'hui sur la terre, et les chicaneurs pullulent.
Saint Bernard de Clairvaux ; La considération (1149-1152)
La violence est la défense de l'homme faible quand il est atteint.
François de Reynaud de Montlosier ; Les mystères de la vie humaine (1829)